Recyclage des déchets, Environnement

A la rencontre de deux poulettes lormontaises !

Par une matinée ensoleillée de février, Frédéric nous a ouvert les portes de son poulailler, pour aller à la rencontre de « ses poulettes », comme il les appelle.

Mis en ligne le

Frédéric a été l'un des premiers lormontais à accueillir chez lui des poules pondeuses offertes par Bordeaux Métropole dans le cadre de l'opération « 0 gaspillage, 0 déchet  », menée en 2015.  Aujourd’hui, il dresse un bilan positif de cette adoption dont il ne tire selon lui que des bénéfices.

 

Résolument tourné vers le développement durable et l'écologie, Frédéric avait en tête d'adopter des poules pour recycler ses déchets autrement. En 2015, il en fait la demande auprès de Bordeaux Métropole et reçoit très rapidement une invitation pour venir récupérer ses deux petites protégées !

« Pour moi, l’intérêt principal était de recycler tous mes déchets végétaux et organiques. Mission remplie puisque les poules mangent vraiment de tout. Seuls quelques aliments comme la viande sont déconseillés. Le second objectif pour moi était de manger des œufs frais. Et de ce côté aussi, je suis ravi car elles pondent en moyenne un à deux œufs par jour chacune et ils sont excellents ! », se réjouit-il.


Pour les accueillir, seules quelques règles sont à respecter : les garder au moins deux ans en vie et pourvoir leur offrir un espace dédié de 2m2 minimum. De même, les nouveaux propriétaires de poules s'engagent à ne pas prendre de coq pour éviter les nuisances sonores vis à vis des voisins. Frédéric, soucieux du bien-être de ses poules leur a fabriqué un vaste enclos avec un poulailler confortable de 30m2 !

Contrairement aux idées reçues, s’occuper de poules n'est pas très contraignant et ne lui prend que quelques minutes de son quotidien. De plus, les poulettes ne font aucune nuisance : pas de bruits, pas de saletés en dehors de leur enclos… Et elles ne coûtent quasiment rien, si ce n'est quelques graines, en plus des déchets organiques qu'elles ingèrent quotidiennement.

« Elles sont attachantes, elles me suivent partout quand je bricole dans le jardin et viennent parfois taper au carreau avec leur bec pour chercher la compagnie », avoue-t-il.

Presque trois ans plus tard, Frédéric ne voit que des avantages à cette adoption : sa poubelle s'est considérablement allégée et il mange des œufs frais aussi souvent qu'il le souhaite !