Exposition

Carole Collaudin : Entre paysages et chimères

L’artiste lormontaise Carole Collaudin présente ses frondaisons polymorphes, du mardi 23 mars au jeudi 10 avril, à la salle d’exposition du Bois fleuri. En raison du Covid-19, cette exposition ne sera accessible qu’aux scolaires* mais reste à découvrir sur lormont.fr

Mis en ligne le

Depuis quatorze ans, Carole Collaudin habite Lormont, rue du Général de Gaulle. Passée par l’école des Beaux-Arts de Bordeaux puis par une formation de peinture de décor, la création artistique s’est rapidement affirmée comme une nécessité vitale quasi journalière.  Elle ne peut sortir de chez elle sans un carnet à croquis dans son sac, rempli d’études préliminaires ou de tracés bigarrés, saisis sur le vif ou sous l’effet de sa mémoire.

« Je dessine des chimères et des arbres depuis mon plus jeune âge. Ce sont deux thèmes récurrents dans ma pratique artistique. L’exposition Frondaison donne à voir mon monde personnel avec des créatures qui éclosent dans un habitat imaginaire », précise l’artiste.

Donner vie à ses créatures par la sculpture

Carole Collaudin est une plasticienne pluridisciplinaire. Elle dessine, peint et sculpte. Elle utilise différentes techniques (acrylique, encre, fusain) et réalise ses créatures en céramique (faïence et raku).

« Pour moi, il est question d’un seul et même travail, c’est toujours le même propos. Mes peintures sont l’habitat naturel de mes sculptures, qui elles, représentent les créatures vivants dans cet environnement vierge. Il existe un lien indissociable entre les deux. Les peintures et les dessins sont axés sur la nature : forêts, branches, eaux stagnantes qui s’entremêlent dans des jeux d’ombre et de lumière, de champ/hors-champ... et je donne vie à mes créatures par la sculpture. Mes chimères naissent de façon instinctive comme s’il s’agissait d’une vie initiale, primordiale ou inversement de ce qu’il reste, un ersatz, un champignon que rien ne tue. L’idée de la frondaison est une façon d’intégrer le spectateur. Pourquoi rester aux abords de ce monde ? », confie Carole.  

L’ensemble du travail forme un écosystème coloré et accueillant qui se nourrit de l’inventivité de l’artiste. À la fois autobiographique et fantasmagorique, les frondaisons de Carole Collaudin  nous interrogent sur notre rapport au réel, sur les interférences régulières, voire salvatrices, qui se créent entre nos vies et nos songes, notre quotidien et notre imaginaire. Ses œuvres parlent d’intimité et d’universalité. Ses créatures sont finalement peut-être plus anthropomorphes qu’il n’y paraît...

 

> Voir la page consacrée à l'exposition <

 

* Exposition ouverte également, uniquement sur rendez-vous, aux étudiants, artistes et professionnels.

Frondaison : du 23 mars au 10 avril 2021
Salle d’exposition du Bois fleuri
Plus d’infos : www.carolecollaudin.fr / Facebook
Tél. 06 75 59 47 87 / culture@lormont.fr

Suite à cette exposition, Carole Collaudin montrera son travail du 6 mai au 31 août 2021 au Château Prieuré Marquet à Saint-Martin-du-Bois (33445).