Santé, Seniors, Solidarité

Des appels téléphoniques contre l’isolement

Depuis le début de la crise sanitaire, le Centre communal d’action sociale de Lormont assure un suivi des personnes isolées, âgées ou dépendantes. Un agent contacte régulièrement les personnes pour s’assurer que tout va bien.

Mis en ligne le

Laëtitia Rocq a aménagé son « bureau » dans la cuisine. Confortablement installée, avec vue sur le jardin, c’est là qu’elle travaille tous les jours depuis octobre. Laëtitia fait de la veille téléphonique, une mission qui s’effectue sans difficulté à domicile. Chaque jour, elle appelle une liste de contacts pour s’assurer que les personnes vont bien.

Suivi régulier

Cette veille téléphonique s’est mise en place lors du premier confinement en mars 2020. Le CCAS a exploité le fichier de contacts des plans« canicule et grand froid ». Six agents étaient alors chargés d’appeler les 370 personnes inscrites, à raison d’un appel par semaine.

« Cette action a permis de maintenir un lien social essentiel pendant le confinement, explique Aurélie Vaxivière, chargée de mission santé et solidarité au CCAS. Il s’agissait de prendre des nouvelles, d’identifier les besoins des plus fragiles, de répondre aux sollicitations urgentes, d’apporter de l’aide aux publics âgés et dépendants contraints de rester à domicile. Une initiative bien accueillie par les personnes appelées ainsi que pars leurs aidants. Les gens ont été très satisfaits qu’on s’intéresse à eux, qu’on prenne le temps de s’inquiéter de leur sort ».

Les appels ont permis, outre leur fonction réconfortante, de rassurer et d’orienter nombre de personnes âgées sur des questions de pratiques telles que l’achat de masques, le portage de repas, la livraison de courses à domicile.

Réconforter, rassurer, orienter

Après une pause de mai à septembre, la cellule de veille a été réactivée en octobre, avec un seul agent municipal et un listing ciblé sur les personnes les plus en difficultés, à ce jour 125 séniors. Laëtitia assure ses appels téléphoniques du lundi au vendredi, de 10h à 12h et 15h à 17h. Les plus fragiles nécessitent d’être appelées une fois par semaine. D’autres tous les quinze jours, toutes les 3 semaines et pour d’autres une fois par mois. Elle passe ainsi 10 à 12 appels par jour, la majorité des appels de confort, ne nécessitant que quelques minutes.

« Il faut s’assurer que tout va bien, précise Laëtitia. La plupart du temps, on discute de tout et de rien. Je rappelle aussi les consignes sanitaires, l’importance des gestes barrières, j’informe sur le vaccin. Mais parfois, je peux percevoir de la détresse dans la voix de l’interlocuteur, je sens que ça ne va pas et que la personne a besoin de parler plus longuement. L’échange peut aussi identifier des besoins essentiels, révéler des situations complexes. Dans ce cas, je relaie l’information à ma hiérarchie qui oriente vers les dispositifs et services les plus à même d’aider ».

Lutter contre l’isolement

Laëtitia a toujours travaillé auprès des personnes âgées, à la Résidence Victor Hugo, au sein du service de portage de repas à domicile et comme auxiliaire de vie. Cette solide expérience lui est aujourd’hui très utile dans sa nouvelle mission.

« Au début, les personnes pouvaient être méfiantes et inquiètes, se souvient Laëtitia. Elles pensaient avoir à faire à un démarchage commercial ou publicitaire et étaient réticentes à s’exprimer. Il a fallu prendre le temps d’expliquer la démarche. De la douceur dans la voix et des paroles apaisantes permettent de rassurer et de construire progressivement une relation de confiance. Les personnes apprécient d’avoir quelqu’un à qui parler tout simplement. Je suis parfois pour certaines, leur seul échange de la journée, il faut que celui-ci soit réconfortant et convivial ».

Et Emilie Rubio, responsable du service soutien à domicile du CCAS, de conclure : «Le CCAS de Lormont est particulièrement mobilisé sur la question de la solitude des personnes âgées et dépendantes, notamment celles vivant à leur domicile. La recommandation faite aux plus âgées de rester chez elles pour limiter le risque d’être contaminées a accentué l’isolement des plus vulnérables. Nous sommes vigilants et mobilisés sur cette problématique d’isolement. Nous renforçons notre action et nos dispositifs pour tenter d’en limiter les effets négatifs ».

Depuis quelques semaines, quatre jeunes en service civique viennent renforcer cette mission de veille téléphonique. Un soutien apprécié par Laëtitia. Ce renfort lui permet de souffler certains jours ou de passer davantage de temps avec certaines interlocuteurs.

Pour bénéficier de ce service gratuit, contactez le Centre communal d’action sociale au 05 57 77 63 60.