Education

Des robots pour s’initier à la programmation

Notre siècle exige de nouvelles compétences, à cultiver dès le plus jeune âge et autant que possible en s’amusant. Dans le cadre de la Cité éducative, la Ville a fait l’acquisition de mallettes de robots programmables. En temps périscolaires, ils sont au cœur d’animations aussi ludiques que formatrices !

Mis en ligne le

« La Cité Éducative intègre dans son plan d'action un volet scientifique important : l'idée, c'est de se doter de matériel adapté, technique et innovant, ainsi que de formations et d'animations autour de ce matériel. La robotique, comme le fablab, constitue un nouveau support d'apprentissages, de découvertes et de participation des habitants… enfants et parents », raconte Chloé Estève, cheffe de projet Cité éducative pour la Ville de Lormont.

Des robots sont déjà exploités par l’Éducation nationale dans certaines écoles élémentaires depuis quelques années. En complément, la Ville vient d’acquérir 5 valises de 6 robots chacune, soit un investissement de plus de 9 000 euros ! Disponibles depuis le début de l’année, les BlueBots ont déjà été déployés en classe dans deux écoles maternelles, lors des activités périscolaires sur quatre sites pilotes ainsi qu’au Centre de loisirs.

Un projet adapté aux temps périscolaires

 Laurence Abdallah est directrice de zone des temps d’activités périscolaires (TAP). Quand elle a entendu parler de ces valises, elle s’est aussitôt portée volontaire pour créer un projet ludique à déployer dans les quatre écoles qu’elle chapeaute. Laurence a établi des fiches de présentation et un déroulé pour des séances de découvertes réussies.

 

BlueBot est un petit robot programmable aux allures de coccinelle.

« Des boutons placés sur son dos permettent de lui donner des instructions : avance, recule, tourne à gauche, tourne à droite. Le bouton Go lance l’exécution des consignes enregistrées, indique Laurence. Mais avant cela, il s’agit pour les enfants de comprendre ces instructions. Élémentaires ? Certainement. Mais pas évidentes pour autant quand on est très jeune, à peine scolarisé, et parfois encore non-francophone ».

Aujourd’hui la valise des robots fait escale à l’école maternelle Rosa Bonheur. Mama est animatrice périscolaire depuis 17 ans. Elle a une grande expérience des enfants et aucune des robots. Son bon sens pratique lui suffit pour se lancer avec une relative confiance. Les robots sont plus dociles que les enfants, surtout lorsque ces derniers sont surexcités ou assommés à l’issue d’une longue journée en classe. C’est bien le savoir-faire premier de Mama – et sa patience ! – qui lui permettront de mener l’atelier robots avec succès.

Premier contact

Après avoir titillé l’imagination des enfants autour de la valise fermée, Laurence et Mama leur présentent les petits robots. S’ensuit une petite déambulation au cours de laquelle les enfants avancent, reculent et tournent sur eux-mêmes. Une étape indispensable que Laurence a heureusement anticipée. Une fois ces notions bien assimilées par les enfants pour leur propre compte, il s’agit de les appliquer à BlueBlot... et d’en différer l’exécution. Un challenge pour les petits !

Si le bouton droit permet de diriger le bouton vers la droite quand BlueBot s’éloigne, il faut intégrer que ce même bouton droit fera tourner BlueBot vers la gauche sur le chemin du retour, quand celui-ci devra revenir vers son petit programmeur… Pour corser l’affaire, les instructions doivent être toutes données avant que le petit robot ne s’élance. Les enfants doivent ainsi se projeter dans l’espace mais aussi dans le temps. Un challenge de plus, à un âge où l’on vit uniquement dans l’instant présent !

Les bénéfices de ce petit jeu sont nombreux. Ils permettent aux enfants d’améliorer leurs représentations spatiale et temporelle et donc leur sens de l’orientation. Cela leur facilitera notamment la lecture des plans et des cartes routières ! On s’attend aussi à des facilités accrues dans les enseignements scolaires, notamment en mathématiques. Gageons enfin que certains se piqueront au jeu au point de devenir un jour programmeurs professionnels. Mais mais mais… ces grandes ambitions ne doivent pas faire oublier la dimension plaisir, essentielle dans le cadre des TAP ! Après une bonne journée de classe, les enfants ont aussi droit à un moment de détente et d’amusement :

« Derrière la découverte, le jeu et l’entraide mis en avant dans cette animation, il s’agit d’une initiation à la robotique plutôt ludique », résume Laurence.

De belles perspectives

À l’issue d’une période d’expérimentation déjà très prometteuse, les valises circuleront dans les autres écoles de la ville, accompagnées des indications de Laurence pour des séances optimales.

« Quand la participation des parents redeviendra possible, les enfants pourront être fiers de leur montrer leur aisance à diriger ces insectes-robots. On ne doute pas que les parents seront nombreux à passer la porte de l'école pour découvrir tout le travail mené » avance Chloé Estève.

 

À plus long terme, la Ville prévoit de compléter en nombre et en diversité les robots mis à la disposition de la Cité éducative.