Portrait, Seniors

« Il n’y en a pas deux comme elle ! »

Charlotte Gaillard vient de fêter ses 106 ans, entourée de ses proches et d’autres pensionnaires de « Bleu Résidence ». Son secret de longévité ? « La bonne humeur ! » affirme la dame.

Mis en ligne le

Son médecin le dit :  à 106 ans, Charlotte Gaillard est phénoménale. Cela fait d’ailleurs peu de temps qu’elle a un médecin ! « C’est moi qui lui ai présenté le mien. Elle n’en avait pas besoin. Elle n’était jamais malade. Il la trouve en excellente santé. Exceptionnelle ! » explique André Broqua, son « presque fils », comme il se dénomme lui-même. « Elle a pris soin de moi pendant 6 ans quand j’étais enfant. Mes parents m’ont confié à elle et, depuis plus de 70 ans, nous ne nous sommes plus vraiment quittés. » Depuis 15 ans, celui-ci l’accompagne au quotidien. « Je n’ai pas eu d’enfants. Aujourd’hui j’en ai la moitié d’un ! » souligne Charlotte Gaillard.

Autre singularité : elle a vécu seule chez elle jusqu’à l’âge de 104 ans ! C’est au printemps 2018 qu’elle a emménagé dans un appartement de « Bleu Résidence », résidence pour seniors lormontaise.

« J’ai deux Amours »

Née à Pujols-sur-Dordogne, en Gironde, le 17 octobre 1914, Charlotte Gaillard fut institutrice, puis directrice d’école, effectuant sa carrière dans plusieurs établissements girondins. « Et elle dirige toujours ! » commente André Broca avec un clin d’œil complice. « Je suis encore institutrice, » avoue la dame.

Lorsqu’on lui demande si elle pense avoir du caractère, elle répond du tac au tac : « Bon caractère ! » Car si l’ouïe n’y est plus, l’humour est toujours bien vif.

« Dans ma jeunesse, j’allais à l’école, on faisait du vélo autour du village, dans le canton… J’ai également beaucoup marché… mais plus maintenant, » poursuit la centenaire. Elle ne marche plus, mais elle aimerait danser encore. Tango, polka, valse… « Oh oui, la valse ! Quand on aime danser, on aime toutes les danses. Mon mari, lui, ne dansait pas. Mais au bal, où j’allais le samedi et le dimanche, on trouve toujours des gens avec qui danser ! »

Aujourd’hui, la danse ne lui réussit plus comme avant. « Cela lui provoque des malaises, » explique André Broqua. Alors Charlotte Gaillard, guinche un peu, en douceur, sur sa chaise, frappant le rythme de sa canne. Et fredonne avec un joli filet de voix « J’ai deux Amours », de Joséphine Baker.

« Il n’y en a pas deux comme elle, » glisse Marielle Belluye, sa fidèle aide à domicile depuis 18 ans. Et Charlotte Gaillard d’ajouter avec tendresse, et toujours cet humour dont elle ne se départit pas : « J’ai les deux meilleurs soutiens du monde. Et quand je m’accroche à quelqu’un je ne le lâche plus ! »

Son secret de longévité ?..

« La bonne humeur ! » répond avec un sourire entendu la petite dame brune. « Une bonne santé donnée par mes parents, et une vie correcte, classique, tranquille, sans histoires. »

Charlotte Gaillard est modeste. Toute surprise, d’ailleurs, qu’on lui accorde autant d’intérêt. Étonnée tout autant que ravie que, le 17 octobre, jour de son anniversaire, l‘équipe de Bleu Résidence ait réuni quelques-uns de ses résidents et invité le Maire de Lormont et son adjointe à la citoyenneté Yasmina Boultam. « Mme Gaillard a traversé plus d’un siècle... C’est un vrai livre d’histoire. Le bon air des coteaux lormontais favorise, semble-t-il, le vieillissement ! » assurait ce jour-là Jean Touzeau.

« Dans ma vie, j’ai eu quelques accrocs, comme d’autres, mais j’ai toujours eu autour de moi des gens qui m’ont beaucoup aidée et qui continuent, » raconte celle-ci.

André Broqua nuance le propos discrètement :

« Elle a su profiter des bons moments pour supporter les mauvais. Mais en réalité, elle s’est beaucoup occupé des autres. Elle a eu une vie exemplaire. »