Seniors

La nouvelle résidence Victor Hugo sur les rails

Le projet de nouvelle résidence autonomie Victor Hugo entre en phase opérationnelle. Les travaux de démolition démarrent en janvier. Ce programme de restructuration se décline en deux temps : l'un prévoit la construction de 75 logements adaptés aux personnes âgées. L'autre une résidence intergénérationnelle. L'ensemble est thématisé autour des jardins culinaires.

Mis en ligne le

La résidence Victor Hugo est un ensemble de 60 logements autonomes de type T1 bis avec jardinets, organisés autour d'un foyer et situés en bordure de l'avenue de la Résistance. Construits dans les années 70 par Logévie (entreprise sociale pour l'habitat), ces pavillons sont aujourd'hui vieillissants et inadaptés aux normes encadrant le maintien à domicile des personnes âgées.

Une reconstruction partagée

La Ville et Logévie sont engagées auprès des principaux acteurs du champ de l'autonomie et du handicap dans une réflexion sur le bien vieillir à Lormont. La reconstruction des établissements d'accueil des personnes âgées en constitue l'un des principaux volets. Après l'Ehpad Les Coteaux qui ouvrira ses portes en février 2020, c'est au tour de la résidence Victor Hugo de faire peau neuve. Suivra l'Ehpad du CHU de Bordeaux dans quelques années. L'objectif de la Ville est de constituer un  pôle gérontologique complet, basé sur une offre d'hébergements et de services diversifiés et adaptés et privilégiant la mutualisation et la complémentarité.

75 logements en première phase

La nouvelle résidence Victor Hugo est construite en lieu et place de l'ancienne. La première phase du projet nécessite la démolition de 26 pavillons existants à l'angle de l'avenue de la Résistance et de la rue André Dupin. Les travaux de démolition débutent courant janvier et s'étalent jusqu'à fin février. Viendra ensuite la reconstruction proprement dite à partir du mois d’avril. Le foyer-restaurant n'est pas concerné et les animations y sont maintenues jusqu'à la livraison de la nouvelle résidence en 2022.

Un important dispositif de relogement a été mené tout au long de l'année 2019 par Logévie et le Centre communal d'action sociale. Chaque résident a bénéficié d'une prise en charge individualisée afin d'accompagner au mieux le changement de lieu de vie. La plupart ont opté pour un relogement, dans d'autres structures, comme à Cenon par exemple. D'autres se sont rapprochés de leur famille. Les personnes âgées auront la possibilité si elles le souhaitent, de regagner la nouvelle résidence Victor Hugo.

Des logements adaptés au vieillissement

La nouvelle résidence Victor Hugo est un projet mené par Logévie qui en a confié la maîtrise d'oeuvre à l'agence d'architecture Leibar et Seigneurin. Le projet est le fruit d'un long travail collégial auquel la Ville de Lormont a largement pris part.

Le projet comporte un bâtiment principal sur 5 niveaux abritant 75 logements de types T1 bis et T2. Ils s'organisent autour d'une rue vivante et éclairée naturellement à laquelle on accède par un large escalier et deux ascenseurs. L’organisation intérieure des logements a été pensée pour faciliter et sécuriser les déplacements des personnes âgées. De même, les équipements ont été étudiés afin de faciliter les gestes de la vie quotidienne et favoriser le maintien à domicile. Le logement offre ainsi un niveau de sécurité renforcé, de jour comme de nuit comprenant un éclairage centralisé des différentes pièces et des circulations, des douches de plain-pied et munies de robinets thermostatiques, des volets roulants  électriques, de nombreuses prises électriques et interrupteurs lumineux. Chaque logement est doté de baies vitrées sur châssis coulissants pour apporter de la luminosité et bénéficie d’un espace de vie généreux ouvrant sur un balcon privatif. Ces logements peuvent évoluer au rythme de l’apparition d’éventuelles dépendances liées au vieillissement.

Le rez-de-chaussée de la résidence rassemble les espaces collectifs dédiés aux activités d'animation et de restauration. Il ouvre sur un large parvis ainsi que sur un bâtiment associatif et une grande serre de plain pied bordant l'avenue de la Résistance.

Le projet intègre une dimension paysagère qualitative. Un talus planté d'arbustes, aux essences variées clôture la parcelle. Certains arbres existants sont conservés, complétés par d'autres plantations d'essences variées. Une promenade piétonne ponctuée de petites alcôves permet aux résidents de s'asseoir et se reposer.

La nouvelle résidence bénéficie d'un parking sous terrain de 30 places et conserve sa proximité avec le tramway.