Emploi, Solidarité

Les vendangeurs de Brane-Cantenac : une équipe solidaire !

Depuis 21 ans, le château Brane-Cantenac entretient un partenariat avec la ville de Lormont. Pour les vendanges (septembre) comme pour l’effeuillage (en juin), la municipalité se charge de trouver des saisonniers. Deux conditions pour faire partie de l’aventure : être lormontais et volontaire !

Mis en ligne le

« Il y a 21 ans, quand nous avons créé le partenariat, beaucoup de nos confrères ne comprenaient pas notre motivation. Aujourd’hui, tout le monde nous envie ! » , se réjouit Thierry Garnier, chef d’équipe des vendanges au château.

En effet, deux fois par an, le service emploi de la ville de Lormont recrute des saisonniers pour l’effeuillage et les vendanges des 61 hectares du château Brane-Cantenac. Un partenariat bien rodé qui fait des heureux : le château et les lormontais !

« Il très difficile de trouver des saisonniers en juin et en septembre et ce partenariat avec la ville est vraiment très utile pour nous, ajoute Thierry. Depuis 21 ans, nous avons fidélisé un noyau dur et nous avons chaque année des personnes que nous connaissons et qui connaissent déjà le métier. Cela permet aussi de passer le relais et les consignes. C’est un sérieux gain de temps ! ».

De plus, comme le précise Nathalie, alias « bobologue » et encadrante relationnelle, « l’équipe est très dynamique, respectueuse, vaillante et solidaire ».

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, de nombreuses femmes viennent ici chaque année. C’est le cas de Belinda qui fait les vendanges de Cantenac pour la 4e fois.

« Tous les ans, je retrouve les potes de la vigne ! Il y a une bonne ambiance, c’est vraiment un plaisir ».

Et puis, il y a les petits nouveaux comme Emmanuel, 20 ans, qui fait ses premières vendanges. « Grâce aux vendanges, maintenant, je connais tout le monde dans mon quartier ! ». « Certains font connaissance avec leur voisin, créer des amitiés, tout le monde se mélange », précise Thierry.

Chaque matin et chaque soir, ces 80 lormontais prennent le bus ensemble. Chaque midi, ils déjeunent sous un chapiteau aménagé pour l’occasion avec tables, micro-ondes, toilettes sèches. Le matériel leur est fourni (pinces et gants). Pour les novices, les gestes et techniques sont expliqués en début de mission et la solidarité du groupe fait le reste.

 

Mais faire les vendanges n’est pas toujours une partie de plaisir.

«  C’est dur les premiers jours mais le corps prend vite l’habitude de se contorsionner dans tous les sens », explique Belinda. «  Le dos et les cuisses en prennent un coup, mais au bout d’une semaine, ça passe ! », ajoute Emmanuel.

Passés les premiers efforts physiques, tous sont unanimes sur la satisfaction qu’ils ont de se retrouver pendant 4 semaines, au cœur des vignes. Cette année encore, les vendanges se font dans la bonne humeur malgré un travail difficile physiquement et des conditions météo quelques fois défavorables.

Plus de 40 tonnes de raisins sont ramassées chaque jour, soit environ 500 kg par coupeurs et 2 tonnes transportées par porteurs !

Bernard, bientôt 70 ans, retraité, est le doyen de l’équipe. Il ne manquerait les vendanges pour rien au monde et participe même à l’effeuillage en juin.

« Je suis du monde de l’agriculture. Je viens ici depuis 6 ans et c’est un plaisir de retrouver la vigne. En plus, cette année, nous avons une bonne équipe qui tourne bien et un raisin de très belle qualité, que demander de plus ! ».