COVID-19, Solidarité

Magali, voisine solidaire 2.0

Déjà plus de 40 particuliers ont répondu à l'appel de la mairie pour être Voisins solidaires dans leur quartier, dans leur rue, dans leur résidence. Parmi ces voisins, une bonne moitié de voisines. Rencontre avec Magali, référente pour la rue des sports et la rue du stade.

Mis en ligne le

Magali Chesseron a grandi à Lormont, en est partie puis est revenue y vivre il y a deux ans déjà. Magali a tout de suite été volontaire d'être Voisine solidaire dans son quartier. Un engagement de la première heure utile et enrichissant qu'elle recommande chaudement à toute personne ayant un brin de fibre solidaire.

Offrir de petits services et surtout une présence

Au tout début du confinement, Magali a proposé des services de base, ceux suggérés par le Pôle citoyenneté de la Mairie :

« J'ai commencé par mettre dans les 43 boites à lettres de ma rue les flyers fournis pas la mairie, ceux qui indiquaient que j'étais volontaire pour aider mes voisins. Suite à cela, j'ai imprimé des formulaires d'autorisation de sortie pour une voisine dépourvue d'imprimante »

Au-delà de l'assistance administrative et de l'aide aux courses essentielles, c'est de chaleur humaine dont les personnes seules ont le plus besoin :

« J'ai passé quelques plants de menthe à une voisine et un peu de terre pour les replanter. C'est une petite chose mais ça nous a permis de discuter dix minutes. Quelques minutes de discussion c'est peu mais ça suffit pour rompre une journée d’isolement »

D'autres personnes isolées ont besoin de davantage d'attention, il convient de ne pas les oublier :

« J'ai aussi pris des nouvelles des personnes les plus isolées. Ce sont elles qui ont le plus besoin d'attention et de soutien. Parmi elles, il y a une personne qui a récemment perdu son conjoint et qui se sent d'autant plus seule ».

Magali, une voisine à la pointe de la solidarité

Jeune maman, Magali est une voisine active en phase avec son temps. Pour livrer une poche de la pharmacie ? Elle prend sa trottinette. Et pour une circulation efficiente de l'information ? Elle a créé un groupe en ligne ! Comment ? Tout simplement :

« J'ai mis en place un groupe Whatsapp avec toutes les personnes qui avait pris contact avec moi suite au flyer. Ces personnes étant elles-mêmes en contact avec d'autres habitants de la rue, j'ai pu rapidement élargir ce groupe. Nous sommes maintenant une vingtaine de maisons connectées ».

Pour ceux qui ne connaissent pas whatsapp, il s'agit d'une application gratuite pour smartphone. Elle permet d'échanger des messages (de type sms) mais aussi de passer des appels vidéo (autre utilisation bien sympathique pour rester en contact avec ses proches pendant le confinement). Ainsi, quand Magali dispose d'une info, elle la partage en un instant avec tous ses voisins connectés :

'' Avec Whatsapp, On me pose des questions sur un peu tout et je me renseigne, je fais le relais. Quand on va faire les courses celui qui sort demande aux autres s'ils ont besoin de quelque chose, mais pour l'instant les gens sont peu demandeurs. Soit ils sont autonomes et ne veulent pas déranger soit ils sont un peu frileux. Mais en tous cas proposition est faite à qui peut en avoir besoin »

Pour faire les courses, il n'y a pas que les grandes surfaces avec leurs queues parfois un peu décourageantes. La livraison à domicile par exemple. Il n'est bien sûr pas question de commander ses carottes aux géants de la distribution en ligne mais au contraire de faire travailler les producteurs locaux dont la production pourrait se perdre. Seul hic, les points retraits étant fermés, les concernés sont assaillis de demandes de livraison et ne savent plus où donner de la tête. Là encore, Magali a une ébauche de solution, aussitôt mise en œuvre :

« Avec une voisine, nous avons mis en place une livraison groupée avec mon-local.fr  ce qui nous permet d'avoir des produits frais et qualitatif. Comme c'est une commande groupée, les frais de livraison nous sont offerts »

Magali est une mine d'idées et fait preuve d'initiative. À circonstances extraordinaires, peut-être pouvons nous envisager une organisation exceptionnelle :

« On m'a questionnée notamment sur la poste, parce que nous n'avons eu qu'un seul passage en 14 jours. Je me suis proposée pour suppléer le facteur dans la rue : je pourrais aller chercher le courrier de toute la rue puis le distribuer. j'attends une réponse à ce sujet. La mairie se renseigne avec la poste pour savoir si c'est envisageable [d'un point de vue légal, ndlr] »

Une nécessité et une opportunité

Après deux semaines d'engagement en tant que voisines solidaires, Magali tire un premier bilan très positif de cette expérience et engage tout un chacun à se porter volontaire dans sa rue ou dans son immeuble :

J'habite rue des sports depuis maintenant deux ans et pourtant, jusqu'à tout récemment, je ne connaissais pas la plupart de mes voisins. La solidarité entre voisins pendant cette période d'épidémie aura été l'occasion de nous rencontrer, d'établir des contacts [en respectant les distances de sécurité, ndlr] et de mettre en place une sympathique coopération qui perdurera je l'espère au-delà du confinement ».

Et pour cultiver ce lien, des projets pour l'après confinement sont déjà en réflexion :

« Maintenant qu'on se connaît mieux entre voisins, on se dit que ça serait sympa si on pouvait avoir un petit rectangle aménagé pour jouer à la pétanque ensemble. On en fera la demande à la mairie plus tard, voir si c'est envisageable, mais pour l'instant il y a plus grave et plus important. »

Il y a certes des préoccupations prioritaires pour les semaines à venir mais rien n'est  meilleur pour le moral que d'avoir des projets pour après. Alors ne nous en privons pas ! Et, pour en revenir à son engagement du moment, Magali conclut :

« Je trouve ça génial d'être voisine solidaire, il faut encourager ce genre de démarches qui permet à chacun de sortir de son isolement. On ne se met absolument pas en danger en le faisant, puisqu’il s'agit uniquement de communication à distance. On ne peut pas obliger les gens à se porter volontaires mais, oui, je les encourage fortement à s'investir dans ce mouvement »

Pour en savoir plus, lisez :
Appel à solidarité : Voisin solidaire
Nadine, voisine 200% solidaire