Culture, Economie

Mutualiser pour vivre de son art

Fondée en 2018 par un collectif de plasticiens, l’agence Sens Commun aide les artistes à valoriser et à professionnaliser leurs pratiques. L’association s’adapte à leurs besoins et propose un accompagnement à tous les stades de leurs projets.

Mis en ligne le

Implantée rue des Arts, l’agence Sens Commun compte à ce jour une vingtaine d’adhérents. Lieu de conseils et d’échanges, elle se définit à la fois comme un laboratoire de la création contemporaine et comme une agence d’intérim pour artistes. L’association se veut fédératrice et regroupe un panel d’artistes aussi protéiformes que talentueux. Il faut dire que les temps sont rudes et que nombreux sont les artistes inscrits au RSA ou qui ne parviennent que très difficilement à vivre de leurs pratiques. Ici, il s’agit d’établir avant tout une méthodologie personnalisée, un protocole de travail pour chaque projet, tout en mutualisant les réseaux et les compétences afin de mettre un maximum de chances de son côté.

 

« Nous travaillons avec des artistes débutants ou confirmés mais qui souhaitent tous professionnaliser leurs activités. Ils doivent posséder un statut fiscal, être inscrits à la Maison des artistes ou à l’Agessa par exemple, pour percevoir de l’argent ou des subventions. Car notre première ambition est déjà de les aider à manger et le plus régulièrement possible... On les accompagne dans la gestion de l’administratif et de la comptabilité afin qu’ils puissent réellement se consacrer à leur production artistique. Nous montons des projets avec eux, mettons en place des partenariats adéquats en fonction du contenu de leur travail et finalisons les dossiers pour obtenir des financements. Mais chaque artiste doit rester le chef et le moteur de son projet, il s’agit bien d’un accompagnement d’expertise et non pas d’un assistanat » précise Max Boufathal, sculpteur et président de l’association.

 

VALSE réalisé par Claire Soubrier avec le soutien de Soins et Santé à Domicile UNA Gironde Conseil départemental de la Gironde Agence Régionale de Santé

Obtenir un retour économique sur son activité

L’agence développe des connexions avec les institutions locales et nationales, les fondations ainsi que différents fonds publics ou privés afin de gagner progressivement en visibilité. Elle s’adapte aux besoins et aux souhaits des artistes qui la sollicitent. Certains recherchent prioritairement à exposer, d’autres s’orientent vers des résidences, l’édition ou l’enseignement mais l’objectif demeure toujours le même : obtenir un retour économique sur son activité. « La faisabilité financière reste déterminante, si on n’a pas assez d’argent, on ne fait pas ! D’où l’importance de monter des dossiers sérieux avec des personnes compétentes. C’est aussi une façon de lutter contre l’individualisation de l’artiste qui s’occupe de tout mais pas forcément bien. On répond aux appels à projets de façon réactive en proposant des prestations qualitatives, certes parfois un peu plus chères, mais qui libèrent l’artiste de tâches qu’il ne maîtrise que très rarement » souligne Max Boufathal.

 

L’agence Sens Commun a de nombreux projets en cours pour cette année 2021. Elle a lancé un appel à participation pour l’édition d’un ouvrage répertoriant les photographes de la région Nouvelle-Aquitaine dans toute leur diversité. Elle poursuit le dispositif photo, vidéo et sonore participatif intitulé « La beauté, c’est les autres » valorisant l’image des personnes âgées avec notamment le tournage du film « Lifting » de Claire Soubrier.  Ce dernier a été réalisé dans sept établissements de type Ehpad en Gironde, mobilisant une équipe d’une dizaine de personnes. Elle coordonne des interventions dans les collèges et les lycées ou encore le projet « Puzzle » avec le réseau Astre et la Fondation de France contre le handicap mené avec les artistes Christophe Doucet et Laure Subreville dans des instituts médico-éducatifs.

 

« Malgré la période difficile que nous traversons, nous continuons à promouvoir la création contemporaine par la valorisation et la diffusion du travail des artistes adhérents. Nous commençons à acquérir une solide expérience et traitons des budgets oscillant entre 3000 et 50 000 euros. Notre plus grand bonheur est de voir se concrétiser de beaux projets et permettre aux artistes de gagner correctement leur vie » conclue Max Boufathal.