Education, Ecoles

Parole d'enseignant : « L'école, même ralentie, c'est mieux que la classe au loin »

Enseignant de CP à l’école élémentaire Condorcet, Olivier Trébucq témoigne de l’école confinée, raconte le retour en classe et tire des perspectives pour l’après. [NDLR : cet article a été rédigé avant les annonces du 14 juin du Président de la République]

Mis en ligne le

« Ce retour à l’école après le confinement, c’était comme une nouvelle rentrée dans une école autre, » raconte Olivier Trébucq, enseignant de cours préparatoire de l’école élémentaire Condorcet. « Les élèves sont arrivés très informés, parfois imprégnés des craintes de leurs familles, mais ils étaient très heureux de reprendre. Dès leur retour, nous avons évoqué le virus, les gestes barrières et surtout nous nous sommes intéressés à eux : comment allaient-ils ? »  Parmi eux, certains étaient flottants et désorganisés. D’autres avaient gardé le rythme. Tous étaient en manque d’école et de relations sociales. « Mais les habitudes ne se sont pas perdues, » constate l’enseignant.

« Aujourd'hui, l'élève retrouve sa place, à égalité avec les autres. »

Une rentrée pour se réapproprier l’école

Ce retour, voulu progressif par la commune et l’Éducation Nationale, a été vécu comme une pré-rentrée par l’équipe enseignante. « Au départ, le calendrier paraissait rapide, mais il était nécessaire pour ‘réamorcer la pompe’, pour se réapproprier l’école et rassurer les parents. Ils ont vu que le protocole était respecté. La doctrine sanitaire est lourde mais elle garantit le retour en classe, » souligne Olivier Trébucq. Pour décrire le processus, il évoque un « cercle vertueux » : une bonne organisation certifie le retour des enfants, et si ce retour se passe bien, les parents lui renouvellent leur confiance. « Ce qui est important c’est que la décision soit laissée au libre choix des familles et soit respectée. »

Inutile d’imaginer poursuivre le programme comme si de rien n’était, quand tous les élèves ne sont pas encore revenus et que le travail s’effectue en petits groupes afin de respecter les distances de sécurité. « On nous demande de renforcer le cycle. L’objectif c’est que l’école se remette en route, même ralentie. C’est mieux que la classe au loin. Mieux que la classe ‘à la place de’. Le lien entre enseignants et élèves se vit au quotidien. »

« Beaucoup de parents ont compris ce qu’était ‘le métier’ de leur enfant »

Pendant la période de confinement, les enseignants de l’école Condorcet ont mis en place toute une organisation pour communiquer au mieux avec tous les élèves, en mobilisant au maximum les parents (par messagerie, téléphone, carnets de bords quotidiens…). Le suivi a été permanent. L’enseignant témoigne cependant des difficultés à faire l’école à distance, sans relation directe, avec des familles parfois en difficulté par rapport à la langue, des parents en télétravail ou confrontés aux problèmes très concrets d’équipement, quand plusieurs enfants devaient se connecter en même temps dans la journée. « On a vu les limites de l'école à distance, les inégalités numériques, sociales et familiales. Mais les enfants s’en sortent bien. Que sont deux mois dans une scolarité complète ? Ils sont très adaptables et la qualité du lien a favorisé la continuité pédagogique. » Les relations avec les parents en sont même sorties renforcées.

Intensifier le lien avec les parents

Le confinement a sérieusement bousculé les repères et les certitudes de chacun, allant jusqu’à questionner le statut de parent. « Quand la rentrée a été annoncée pour le 11 mai, certains nous demandaient : et vous, vous feriez quoi ? La réponse n’appartenait qu’à eux. Nous étions là pour les rassurer quant à la sécurité de leurs enfants. »

Olivier Trébucq, l’optimisme chevillé au corps, voit dans cette période inédite une belle occasion de rebondir et d’entamer une profonde réflexion sur le lien avec les familles.

«  Tout ça nous interroge sur la place de l’école dans notre société. On a beaucoup à y gagner. Nous creuserons ce lien afin d'en tirer une leçon pour une école renforcée. L'éducation peut transformer les vies et les sociétés d’une manière positive ! Et quand on retrouvera l’école d’avant, à plein temps et à plein régime, on aura gagné quelque chose… une meilleure compréhension. Une dose d’empathie réciproque. »