Magazine

Lormont actu – Janvier-février 2021

1 documentPublié le

Magazine de la Ville de Lormont n°132
"Joyeuses fêtes à tous !"

Liste des documents

Sommaire

A la Une

Edito & ours

  • Trois questions à Jean Touzeau, maire de Lormont

Au fait

  • Soutien aux associations
  • G-éco entreprise adaptée en 3D
  • Pour le Noël des seniors
  • Arrêt sur image : Château d’eau aux couleurs de Noël
  • Épaves et ventouses, même combat
  • Lavoir Blanchereau, rénovation en cours

    Regards

    • Décider et vivre ensemble

    Grand format

    • Adjoints de quartier : le choix de la proximité
    • Les 7 visages de Lormont

      Pratique

      Tribunes

      En téléchargement

      Podcast

      Trois questions à Jean Touzeau, maire de Lormont

      Lormont actu : Vous avez nommé des adjoints pour chacun des quartiers. Qu’attendez-vous de ces élus de proximité ?

      Jean Touzeau, maire de Lormont : Il est intéressant de conjuguer l’approche thématique, avec des élus aux responsabilités affirmées dans les domaines de compétences municipales, et une approche territoriale. Les adjoints de quartier assurent une proximité, une présence régulière sur le terrain qui leur permet d’être plus facilement à l’écoute des habitants. Ils sont un lien direct entre eux et l’organisation municipale. Ils ont pour mission de relayer les préoccupations des administrés et de s’assurer qu’elles soient traitées avec réactivité. Les regroupements dans une entrée d’immeuble par exemple, les difficultés de circulation ou de stationnement sont des questions dont les adjoints de quartier doivent se saisir. Cette organisation n’a pu encore se déployer normalement en raison du contexte sanitaire. Elle devrait y parvenir en 2021 et s’articuler avec les diverses instances participatives existantes.

      LA : Un téléphérique entre les deux rives semble sérieusement envisagé par Bordeaux Métropole. Pensez-vous que cela puisse résorber les bouchons que l’on connaît ?

      JT : Les difficultés de circulation rencontrées à Lormont s’expliquent par le fait que notre territoire  est traversé par de nombreux usagers autres que lormontais. Il nous faut donc déjà améliorer l’existant : tramway, bus, aménagements routiers et parcs relais. Il nous faut ensuite étudier de nouvelles pistes pour faciliter les déplacements entre les deux rives. Celle du téléphérique urbain en est une. Brest et Toulouse l’ont expérimentée avec succès. Un transport par câble est une solution qui ne prendrait que 5 ans à concrétiser. C’est donc la plus rapide et celle qui génère le moins d’incidences en terme de travaux. Le téléphérique offre des temps de parcours très courts estimés à 8 minutes et demi seulement entre Lormont et Bordeaux. Il pourrait donc s’articuler facilement avec l’existant et avec d’autres solutions à développer, telles une ligne TER avec la gare de Carbon-Blanc/Sainte-Eulalie et un nouveau pont sur la Garonne. Bordeaux Métropole a lancé l’étude pour un téléphérique. Trois tracés sont envisagés : Buttinière-Achard semble le plus intéressant. Je pense que ce serait une chance pour la ville, pour les déplacements de tous les jours et pour l’attractivité touristique.

      LA : 2020 a été une année douloureuse. Que peut-on espérer pour 2021 et quel message souhaitez-vous adresser aux administrés ?

       

      JT : Nous venons de traverser une situation que personne n’aurait imaginée. Les conséquences
      sont très lourdes sur de nombreux plans. Aujourd’hui, il faut essayer d’en tirer des enseignements et s’inscrire dans une vision à long terme. Cette crise marque le début d’une nouvelle voie, une société qu’il faut construire différemment. Je ne pense pas que notre premier devoir en 2021 soit de faire comme avant. Il faut faire évoluer nos politiques, cesser de travailler dans l’urgence, sortir des schémas de production et de consommation qui accentuent les inégalités. C’est souvent dans les périodes de crise que l’on parvient à construire le mieux. La période traversée peut donner lieu à un formidable rebond pour notre ville, notre pays, pour l’Europe. Je suis élu et naturellement optimiste.

      Je crois en quelque chose de nouveau à construire, ensemble, basé sur la solidarité, la  confiance, l’intérêt général, les valeurs fondamentales. Chacun doit s’engager dans cette démarche. Au milieu des nuages noirs, il y a toujours un rayon de soleil. Il faut juste savoir regarder. J’adresse à tous mes administrés des souhaits de bonheur et d’espérance pour cette année 2021.