Magazine

Lormont actu – Janvier-février

1 documentPublié le

Magazine de la Ville de Lormont n°126
"Renforcer le lien avec l’école"

Liste des documents

Sommaire

Au fait !

  • Contre le gaspi
  • Eloge de la transparence
  • Un nouveau point de vue ?
  • Arrêt sur image
  • Une formation brillante
  • Un trompettiste prometteur

Regards

  • Un papa d’aujourd’hui

Grand format

  • Renforcer le lien parents-école
  • Favoriser le dialogue
  • Une place pour les parents

Pratique

Tribunes

 

Deux questions à Jean Touzeau, maire de Lormont

Encourager la parentalité est l’une des priorités du programme Cité
éducative à Lormont. En quoi est-il important d’accompagner les parents ?

Jean Touzeau, maire de Lormont : Le rôle du parent est primordial dans le parcours de réussite de son enfant. Le lien parents-enfants en est un élément moteur. Or, le parent peut parfois se sentir perdu dans cet environnement complexe et en constante évolution.

Il est essentiel d’aider les parents à créer le lien parental dès le plus jeune âge de l’enfant. Nous menons des actions et développons des outils pour les accompagner, pour les impliquer tout au long du parcours éducatif. Cela passe notamment par la réduction de la fracture numérique et plus généralement celle des usages. Le FabLab aidera ainsi les parents à se familiariser avec le quotidien de leurs enfants à l’école.

L’aide à la parentalité passe aussi par l’apprentissage du Français pour les familles  non-francophones.  Les informations communiquées par l’école et par la mairie doivent pouvoir
être comprises. Nous favorisons la création d’espaces de rencontre et d’échange autour de l’école, privilégiant la convivialité et la communication interpersonnelle. Nous déployons des moyens humains sur le terrain : chargée de mission parentalité, médiatrice scolaire et équipes de réussite éducative. Ce qui a été mis en place à l’école Paul Fort va être développé dans les autres écoles. Tout ceci est déjà à l’oeuvre et va être conforté du fait de notre récente labellisation Cité éducative et du plan triennal dans lequel Lormont est engagée. Mais, quels que puissent être les efforts de la Ville, rien ne pourra remplacer l’amour qu’un parent doit porter à son enfant.

LA : Vous étiez récemment au Congrès des maires de France. Êtes-vous de ceux qui êtes sceptiques quant au soutien de l’État ?

 

L’inquiétude des maires est liée à un décalage entre le discours de l’État et son action.
Comme le disait Molière dans les Femmes savantes « Je vis de bonne soupe et non de beau
langage ». Pour l’instant, les maires restent sur leur faim.

L’État annonce par exemple une nouvelle vague de décentralisation à laquelle les territoires
sont très favorables. Parallèlement, il supprime la taxe d’habitation, seul impôt direct pour les collectivités, sans qu’elles puissent en compenser la perte financière. Comment parler d’autonomie dans ce contexte ? Les départements vont au contraire se trouver complètement dépendants des dotations de l’État. Les propositions du Gouvernement ne correspondent pas du tout au projet défendu par l’association des maires de France.

La présence cette année du Président de la République au Congrès a été appréciée. Les maires savent écouter. Ils attendent que le président soit également à l’écoute des territoires. L’expression du terrain est un élément stabilisateur dans une République fragilisée. Je profite de ce mois de décembre pour souhaiter à tous mes administrés d’excellentes fêtes de fin d’année.

Le mag' audio

 

A la Une

Edito

 

Au fait

Regards

Grand format

Pratique

Tribunes

En téléchargement

Podcasts