Magazine

Lormont actu – Mai-juin 2021

1 documentPublié le

Magazine de la Ville de Lormont n°134
"BlueBot initie les petits au codage"

Liste des documents

Sommaire

A la Une

Edito & ours

  • Trois questions à Jean Touzeau, maire de Lormont

Au fait

  • Nouvelle directrice au centre social
  • Des robots pour s’initier à la programmation
  • La Fabrique de Carriet
  • Arrêt sur image : À bicyclette sur la voie verte
  • Nouveaux visages au conseil des sages
  • Un record pour un champion de France

      Regards

      • Participer au bien vivre ensemble

      Grand format

      • Des idées en partage
      • Budget participatif
      • A vos projets !

          Pratique

          Tribunes

          En téléchargement

          Podcast

          Trois questions à Jean Touzeau, maire de Lormont

          Lormont actu : La Ville met en œuvre un budget participatif.
          Qu’attendez-vous de ce nouvel outil de démocratie locale?

          Jean Touzeau, maire de Lormont : Le budget participatif est un outil intéressant qui concerne toutes nos politiques locales. La participation citoyenne est une pratique de longue date à Lormont. Dans le cas du budget participatif, il s’agit de faire vivre les projets dans la durée. On sait que le portage direct par les habitants n’est pas facile à mener sur le long terme.

          Le budget participatif va encourager la créativité et l’esprit d’initiative des Lormontais. Il va aussi leur permettre de s’impliquer dans le suivi et la vie de leurs projets au-delà de leur simple réalisation. Il s’agit d’un budget de 120 000 euros, centré sur l’investissement. On peut en mener, des projets, avec 120 000 euros ! Bien entendu, il faudra que les propositions des Lormontais s’inscrivent dans l’intérêt collectif et la cohérence du développement de la ville.

          Je suis très favorable à cette démarche et j’invite mes administrés à s’en saisir.

          LA : Didée est un acteur historique de l’animation locale. Quelques turbulences ont mis à mal l’association. Quel rôle joue la Ville dans sa redynamisation ?

          JT : L’association Didee a vécu une sombre année de conflits internes qui, aujourd’hui encore, fragilisent son devenir. La situation n’est pas résolue mais nous sommes, tout comme les autres financeurs et partenaires, aux côtés de Didée pour tenter de trouver une issue favorable à cette crise. Un audit est en cours pour diagnostiquer la situation et livrer des perspectives.

          Didée porte des actions et poursuit des objectifs que nous partageons depuis toujours. L’association conserve toute sa pertinence dans le champ de l’animation locale et de la  citoyenneté. Nous allons essayer de redonner de la force à cette structure, implantée au cœur de Brassens Camus. La création d’un établissement public administratif pourrait stabiliser les choses et permettre à Didée de continuer à fonctionner.

          LA : La vaccination s’accélère à Lormont.
          Cela laisse-t-il espérer un retour à un été festif ?

          JT : Nous nous sommes mobilisés aux côtés des professionnels de santé pour ouvrir un centre de vaccination à Lormont. Malheureusement, la quantité de vaccins livrés reste insuffisante et nous dépendons en permanence des directives gouvernementales. Quand pourrons-nous assurer une vaccination massive ? Depuis début mars, nous avons vacciné 2600 personnes de plus de 75 ans, prioritaires parce que fragilisées. Je souhaite bien entendu que nous puissions vivre un été festif. La vaccination massive et le respect de gestes barrières nous font espérer un retour prochain à une vie normale. Nous travaillons à plusieurs scénarios pour cet été, en privilégiant les animations en plein air. Mais nous envisageons aussi des options de repli. L’offre estivale sera donc conditionnée à l’état sanitaire, elle est donc bien difficile à prévoir.