Magazine

Lormont actu - Novembre-décembre 2017

1 document Publié le

Magazine de la Ville de Lormont n°113
"Une formation, un métier, un emploi"

Liste des documents

Sommaire

Au fait !

  • Taratata ! Concours national de trompette
  • Cours Florent : le Prince noir brûle les planches
  • Les Folies : plus qu’un logement
  • Arrêt sur image : Pôle territorial de solidarité
  • Rencontres sportives… Et de trois !
  • Rugby au féminin

Regards

  • Roger Biwandu : jouer pour les autres

Grand format

  • Une formation, un métier, un emploi
  • Lormont, ville étudiante
  • De futurs marins qui maîtrisent le courant

Pratique

Tribunes

 

Trois questions à Jean Touzeau, maire de Lormont

La Maison des sports, équipement métropolitain. Le Pôle territorial solidarité, équipement départemental. Lormont fait le choix de l’extra-communalité ?

Notre projet de ville nous conduit à réaliser des équipements et à porter des politiques dont les dimensions dépassent très largement l’échelon local. Le projet de Maison des sports émanait d’un besoin du Club lormontais des arts martiaux et d’une volonté partagée de développer la pratique des sports de combat. Aujourd’hui, cet équipement dont l’extension est programmée, va revêtir une dimension nationale. Le Pôle territorial de solidarité est née de la volonté de mieux prendre en compte l’action de solidarité sur le territoire. Aujourd’hui, l’équipement qui vient d’ouvrir ses portes au public concerne 4 cantons. Il en va de même dans le domaine de l’environnement, avec le Parc de l’Ermitage qui s’inscrit
dans une dimension métropolitaine, ainsi qu’avec le projet privé des Cascades en lieu et place d’une ancienne friche industrielle.

C’est une réussite pour la Ville et une satisfaction que de s’attacher la confi ance et le soutien de partenaires institutionnels et privés. Cela prouve l’excellence de nos politiques locales, de nos initiatives de terrain. Cela contribue au rayonnement de la ville et à l’évolution de son image dans la Métropole. La démarche exige beaucoup de travail et davantage de temps. Mais elle est ambitieuse et empreinte d’avenir.

L’État a décidé de supprimer les contrats aidés. Pourquoi défendez-vous leur maintien ?

Je suis non seulement pour le maintien des contrats d’accompagnement vers l’emploi mais j’affi rme qu’ils sont indispensables à notre territoire. Ils sont un outil d’insertion, de réadaptation, de reconstruction pour des personnes en grande difficulté. Contrairement au discours tenu par le Gouvernement, ils sont utiles. Et ils le sont également à la vie associative. Le problème ce n’est pas les contrats aidés mais l’emploi. Le dispositif n’a d’intérêt que s’il débouche sur un véritable retour à l’emploi, après un parcours de formation qualifiante. Les élus lormontais ont voté à l’unanimité la motion pour le maintien des contrats aidés. Si l’état ne fait pas marche arrière, les difficultés vont être lourdes.

La loi logement inquiète les bailleurs sociaux. Partagez-vous cette inquiétude ?

Je la partage totalement. L’État se désengage sur les aides aux logement et charge les organismes HLM de payer la facture. Dans ce contexte, ceux-ci n’auront plus les capacités financières pour développer des actions d’accompagnement sur les espaces publics, un volet pourtant précieux pour notre ville. La production de logement social sera impactée et limitée, d’où une inquiétude partagée par les professionnels du bâtiment. Les bailleurs sociaux ne pourront plus investir et accompagner les programmes immobiliers privés, nécessaires pour favoriser la mixité. Et la mixité nous y sommes attachés. Le logement social est une nécessité pour 80 % des Français. J’espère que le Gouvernement reviendra sur cette décision.

 

 

Le mag' audio

 

 

A la Une

Edito

 

Au fait

Regards

Grand format

Pratique

Tribunes

L'ours

En téléchargement

Podcasts