Magazine

Lormont actu - Septembre-octobre 2017

1 document Publié le

Magazine de la Ville de Lormont n°112
"lormont.fr : plus qu’une vitrine"

Liste des documents

Sommaire

Au fait !

  • Plus qu’une vitrine
    Eurêka !
    Rénovation
    Arrêt sur image
    La ville sans voiture
    Lutte contre l’érosion

Regards

  • Olivier Trébucq :  « Pour une école bienveillante »

Grand format

  • Souriez, c’est la rentrée !
    El son del corazón
    Les tablettes magiques

Pratique

Tribunes

 

Trois questions à Jean Touzeau, maire de Lormont

Comment se présente la rentrée scolaire à Lormont ?

Jean Touzeau, maire de Lormont : La rentrée de septembre s’inscrit dans la continuité de l’année scolaire précédente avec le maintien de la semaine de 4,5 jours et des activités périscolaires. Ce fonctionnement, déployé dans le cadre de la réforme Peillon, a donné lieu à Lormont à un travail qualitatif en faveur de la réussite de l’enfant de la part de tous les acteurs et partenaires locaux. Les retours que nous en avons eus sont positifs. Nous attendons de l’Education nationale qu’elle évalue ce dispositif REP+ avant d’envisager des évolutions.

Pour cette année scolaire, nous poursuivons donc avec les budgets alloués par l’État. Mais, les perspectives sont inquiétantes. La suppression des contrats aidés et la fragilisation de nombreux budgets sont loin de nous donner confiance...

Douze élèves par classe en CP.
Comment la Ville s’est-elle organisée ?

La mise en oeuvre du dédoublement des classes en cycle préparatoire souhaité par le Gouvernement n’a pas été simple. Il nous a fallu dégager des
locaux supplémentaires. La solution a été de partager les locaux entre les différentes activités au sein des écoles. Tout est opérationnel pour la  rentrée et nous sommes bien sûr favorables à cette mesure qui vise la réussite scolaire si elle conforte le dispositif « plus de maîtres que de classes » dont nous bénéficions...

Le Gouvernement annonce la suppression progressive de la taxe d’habitation ? Une bonne nouvelle pour les contribuables. Qu’en est-il pour la Collectivité ?

Je partage les inquiétudes de mes collègues représentants des collectivités locales. Supprimer une recette et penser qu’elle sera compensée, dans la durée, par l’État, ça me laisse dubitatif. C’est une mesure qui diminuera inévitablement l’autonomie et les possibilités d’action des collectivités locales. Celles-ci seront perdantes, comme à chaque fois que des compensations sont promises.

Depuis 20 ans à Lormont, nous avons réussi à ne pas augmenter nos taux de fiscalité locale. C’est dire nos efforts et notre mobilisation pour atteindre ce résultat. La suppression de la taxe d’habitation représente 5 millions de recettes budgétaires. Sa suppression affectera inévitablement nos finances locales à plus ou moins long terme.

Le mag' audio

 

 

A la Une

Edito

 

Au fait

Regards

Grand format

Pratique

Tribunes

L'ours

Podcasts