Magazine

Lormont actu – Septembre-octobre

1 document Publié le

Magazine de la Ville de Lormont n°124
"Les écrans, oui mais pas trop"

Liste des documents

Sommaire

Au fait !

  • Hommage à Philippe Madrelle
  • Bon point pour la rentrée
  • Parlons nos langues
  • Les écrans, oui mais pas trop !
  • Les voyages forment la jeunesse
  • Arrêt sur image : 5 kilos de miel récoltés aux Iris

Regards

  • Hendrick Serve : le goût de l’implication

Grand format

  • Associations et citoyenneté, la MAC en fait un max
  • Neufs regards en Douze Films
  • Heureux cafards

Pratique

Tribunes

 

Trois questions à Jean Touzeau, maire de Lormont

Lormont est la seule commune de Gironde labellisée « Cité éducative ».
Quels seront les axes forts pour les trois années du dispositif ?

Jean Touzeau, maire de Lormont : Ce label est une reconnaissance des nombreuses actions déjà menées et conforte notre principale priorité : le projet éducatif lormontais qui est au coeur de toutes nos politiques. La Ville va de nouveau investir fortement. Nous allons transformer, dans les années qui viennent l’école verte, l’école Marcel Pagnol et l’école Marie Curie en trois pôles éducatifs rassemblant chacun les classes maternelles et élémentaires.
Au delà des considérables efforts que représentent les dédoublements de classe (54 classes entre 12 et 15 élèves), les activités périscolaires et toutes les actions d’accompagnement des équipes de réussite éducatives, nous souhaitons que cette labellisation mobilise encore davantage l’action publique sur les parcours de réussite de nos enfants.

La réussite des jeunes passe aussi par la mobilité. Comment la Ville favorise-t-elle des lignes de bus plus rapides, notamment vers les universités ?

 

Les transports en commun sont également une de nos priorités. Nous avons réservé un couloir de bus tout le long de nos quais, depuis Bassens jusqu’à Bordeaux. Cette voie sera progressivement aménagée d’ici 2022 avec la mise en place d’une ligne de bus à haut niveau de service.

Mais aujourd’hui, par l’aménagement du chemin de Lissandre, nous faisons en sorte que les bus passent sous les arches SNCF et aient une voie dédiée. Les usagers échappent ainsi depuis la rentrée aux bouchons qui paralysent le quai de Brazza. Cet aménagement bénéficiera également à la ligne Bassens-Campus que TBM mettra en place cet automne.

Philippe Madrelle est décédé après plus de 50 ans d’engagement politique.
Quelle empreinte laisse-t-il en Gironde et sur la Rive droite ?

Je ressens beaucoup de peine. Mes premières rencontres avec Philippe Madrelle datent de 1968 lorsque jeune engagé au foyer d’éducation laïque et populaire, je l’ai rejoint dans les batailles pour plus de solidarité et de prise en compte des dimensions humaines. Président du conseil départemental et sénateur, il a toujours été à nos côté, soutien indéfectible des projets lormontais.

Philippe Madrelle nous a imprégné de ce qui fait la richesse de la fonction d’élu : ce devoir d’attention, d’écoute, de proximité avec nos administrés. Être élu n’est pas un engagement à temps partiel, il faut aimer son territoire et sa population. Quelle distance avec aujourd’hui et ces regards strictement techniques de gestionnaire et à courte vue ! Philippe Madrelle voyait souvent juste en portant des propositions ambitieuses, comme par exemple ce Grand Contournement de la métropole bordelaise que j’ai porté avec lui et qui nous manque cruellement.

Le mag' audio

 

A la Une

Edito

 

Au fait

Regards

Grand format

Pratique

Tribunes

En téléchargement

Podcasts